LE PLI VERTICAL

Un texte de Charlie Porter

Apparu pour la toute première fois sur le pantalon fraîchement repassé d’un monarque britannique, le pli vertical distinctif du pantalon à pinces est maintenant un élément fondamental de la confection des vêtements formels tel que le complet. Le journaliste de mode Charlie Porter se penche sur son importance, de ses fameuses origines à ses applications contemporaines…

 

Que signifie la perfection dans la confection de vêtements? Évidemment, la perfection est un état impossible à atteindre, comme dans tout autre aspect de la vie. Le pli vertical, ce froissement permanent retrouvé le plus souvent sur le devant du pantalon, est cependant une tentative d’atteinte de la perfection. Il s’agit d’un symbole artificiel de rectitude fondé par l’establishment britannique, aujourd’hui largement adopté par l’industrie de la mode. Porter un pantalon à plis procure un étrange sentiment de satisfaction.

Un peu d’histoire, extraite de la Toile : le pli vertical a apparemment été inventé lorsque le pantalon d’un monarque britannique, très possiblement Édouard VII, s’est retrouvé mouillé après la pluie. On raconte qu’après avoir remis son pantalon à son tailleur personnel, celui-ci le pressa afin de créer un pli vertical permanent sur le pantalon. Une autre version de cette histoire, prenant place en 1896 alors qu’Édouard était prince, et non roi, raconte qu’il remit son pantalon à l’épouse d’un fermier qui ajouta un pli au pantalon, créant inconsciemment une véritable institution du monde de la mode.

Le fait est que l’invention du pli vertical, comme la plupart des excentricités faisant maintenant partie des traditions fermes de la confection des complets, fût un hasard. Une pure et étrange coïncidence. Ce qui rend son appropriation par le monde de la mode encore plus probable.

Le pli vertical donne une apparence soignée, presque compulsive.  Sur un pantalon ample, il contrôle ou manipule la tombée du vêtement. Si le pantalon est évasé, il permet de conserver la forme de la jambe. Sur un pantalon où tous les détails ont été réduits au maximum, il attire l’attention là où elle est désirée. Et l’utilisation du pli pressé n’est pas limitée au pantalon; plusieurs designers d’avant-garde l’utilisent pour créer des volumes extraordinaires tout autour du corps.

Petite confession : je ne possède pas de fer à repasser. Je porte la plupart de mes vêtements tels qu’ils ont séché. Mais j’ai tout de même une affection particulière pour mes pantalons à plis, pendus soigneusement dans ma garde-robe. Le contraste abrupt entre leur formalité et le reste de ma garde-robe fripée est presque pervers. Adéquatement, ils reçoivent un traitement spécial. Mes pantalons à plis ne se retrouvent jamais dans la machine à laver. Bien que je n’aie pas accès à un tailleur personnel, ou encore accès à de gentils fermiers souhaitant presser mes pantalons, mon nettoyeur à sec accompli sait en prendre bien soin.

Le journaliste de mode Charlie Porter, basé à Londres, est le critique de mode masculine pour le Financial Times. Une influence importante dans le monde de la mode, des arts et de la culture contemporaine, il a également rédigé pour Fantastic Man, GQ, The Guardian et The Times, et contribué à plusieurs titres dont i-D, British Vogue et The Face.

Soyez parmi les premiers informés

Inscrivez-vous à notre infolettre pour être parmi les premiers informés de nos nouvelles collections, nos offres spéciales et nos événements dans une boutique près de chez vous.

Merci

Vous êtes maintenant abonné à l'infolettre de COS. Nous communiquerons avec vous sous peu!

Nos magasins au Canada ont commencé à rouvrir. Apprenez-en plus sur nos mesures de sécurité en boutique.